Menu

BW Story

Felsengärten : le « jardin rocheux » à la verticale. Un terroir d'exception.

Hessigheim_Felsengärten
Text Body

« En route, mauvaise troupe ! », lance Johannes pour détendre l'atmosphère. C'est lui qui guide notre petit groupe de randonneurs. Juste avant les falaises, nous sommes tous à bout de souffle. Et ça s'entend. Comme tirés par une corde invisible, nous nous hissons à la suite de Johannes en haut des marches. Marta s'étonne : « C'est drôle, de loin, on n'avait pas l'impression que les marches étaient si hautes. » « Les Staeffele », dit Johannes, « Staeffele, en mettant l'intonation sur le « le ». C'est-à-dire les petites marches, comme on dit par chez nous. » « Alors je ne veux même pas savoir ce que les Souabes appellent de vraies marches », proteste Marta. Puis le silence revient dans le groupe. Chacun est plongé dans ses pensées, l'esprit fixé sur les magnifiques « petites marches » qui montent à travers le jardin rocheux de Hessigheim.

Le sentier qui parcourt les vignobles ne prend que quelques minutes – mais quelles minutes ! Le reste du trajet est tranquille. Les Felsengärten sont un terrain très impressionnant, bien qu'il s'agisse « seulement » d'un méandre du Neckar. Les géologues leur donnent le nom de « rive concave ». Ce terme désigne la berge située à l'extérieur de la boucle, érodée par le courant au fil des millénaires pour donner sa forme au Neckar. Après coup, nous disons naturellement tous que nous avons atteint rapidement le sommet. « Pas de problème, on est en bonne santé », confirme Anton. Et d'ailleurs, nous savons tous que le moment où l'on atteint le sommet d'un sentier escarpé est toujours le meilleur. Toutes les peines sont récompensées. Quel panorama ! Quel fleuve somptueux ! Et quels jolis mollets galbés, une fois arrivés en haut !

Vue sur le Neckar

Après tous ces efforts, le chemin devient plus facile et Johannes se détend. Le sentier longe le sommet des falaises. Nous profitons de la vue et nous réjouissons à la perspective de ce qui nous attend : au moins une bonne part de tarte aux oignons et un petit verre de vin nouveau. « Viertele », ajoute Johannes – un quart de litre. Quelques minutes plus tard, nous atteignons les gorges. Contrairement aux falaises qui s'élèvent autour du Neckar, on peut ici faire de l'escalade – c'est même encouragé. Il n'y a pas moins de 130 voies marquées. Les niveaux de difficulté de 3 à 9 s'adressent aux grimpeurs confirmés. Ceux qui s'attaquent à ce terrain cinq étoiles sont dans une forme exceptionnelle. Un escaladeur grimpe torse nu. Ses muscles fermes se dessinent avec précision. Chapeau ! La paroi est haute de dix-huit mètres. Certains grimpeurs ne transpirent pas la moindre goutte de sueur. Mais ça n'est sûrement qu'une impression. De loin, on peut se tromper.

Les jardins rocheux sont un paradis naturel.

Vous avez dit « tarte aux oignons » ? Si, si, je l'ai entendu. Avant de nous régaler, nous passons par des champs cultivés verdoyants. Johannes attire notre attention sur les superbes murs en pierre sèche composés par les vignerons. Une véritable œuvre d'art, estime-t-il. Ils stockent la chaleur et donnent toute sa saveur au vin. Quelqu'un a dit « vin » ? Je propose de tester la théorie sur le terroir en pratique à l'auberge. Autour d'une part de tarte aux oignons. « Les lézards se nichent rarement dans les murs. Mais il y a une multitude de plantes rares », nous informe l'intarissable Johannes. « Je peux vous en montrer quelques-unes. Là, par exemple. C'est un œillet des Chartreux. » Johannes montre une touffe verte par terre. Et Marta demande : « C'est là que poussent les tartes aux oignons ? »

Les vignobles poussent jusqu'aux falaises calcaires.

Le temps est enfin venu de couronner la randonnée par un repas copieux. Nous nous rendons à Hessigheim. Mais la petite ville voisine de Besigheim, avec des maisons à colombages, abrite également des bars à vin pittoresques. Nous décidons de passer la porte de la prochaine auberge. Nous y savourons le résultat de ce que nous venons de voir. Le terroir fin et les fortes pentes prennent une nouvelle dimension. De fait, les jardins rocheux d'Hessigheim sont un des sites les plus anciens des vignobles de Wurtemberg. Les délicieux vins sont le fruit d'une expérience centenaire. Marta demande si nous ne voulons pas en profiter pour nous régaler d'un deuxième verre. « Une petite goutte », ajoute Johannes. Marta est ravie : « Un « Viertele » ! ». Un tour aux jardins rocheux confirme que les voyages ouvrent l'esprit. « Santé. Trinquons aux jardins d'Hessigheim – et à notre guide Johannes. »

Vinothèque Felsengartenkellerei à Hessigheim

Informations sur la randonnée, l'escalade et le vin :