Menu

Forêt-Noire

Le monde est un village

Dorfurlaub im Schwarzwald
Text Body

C'est vrai, Loßburg n'est pas un village touristique – et c'est très bien comme ça. Vous ne trouverez aucun restaurant étoilé dans cette petite commune au sud de Freudenstadt, ni de terrain de golf, parc de loisir ou site pittoresque où les influenceurs et aventuriers de tous bords font la queue pour afficher leur plus beau sourire sur Instagram. Pour être parfaitement honnête, Loßburg est un village de la Forêt-Noire tout ce qu'il y a de plus ordinaire. N'est-ce pas merveilleux ? Eh bien oui, ça l'est ! C'est exactement pour ça que Marie et Lukas y passent leurs vacances en famille. À Loßburg, le village panoramique.

Même en vacances, quand on veut se détendre, il vaut mieux planifier un peu pour occuper trois enfants. Aujourd'hui, la famille va se promener le long du sentier « Zauberland am Kinzigsee ». Si « Zauberland » signifie « terre magique », il s'agit en réalité d'un parcours d'aventure tout ce qu'il y a de plus moderne avec différents points d'eau : terrain de jeu aquatique, fontaines, canaux. C'est ici que la Kinzig prend sa source. 90 kilomètres plus loin, elle se jette dans le Rhin. Les parents savourent ce luxe – ils doivent à peine s'occuper de leurs trois bambins. À force de sauter dans l'eau, le grand doit aller se sécher. Lukas trouve son bonheur encore ailleurs. Les aubergistes leur avaient préparé un « panier repas de Loßburg » avant leur départ. Ce qui avait l'air d'un emporte-restes est un véritable repas de gourmet comprenant le « Best of Loßburg », un pique-nique constitué de spécialités du village. Un vrai régal !

Marie et Lukas ont décidé de passer leurs vacances dans un village. D'une part par conviction, d'autre part pour se reposer. Marie raconte comment elle a entendu parler de Loßburg : « Décider comment passer ses vacances est toujours un dilemme. Il n'y a pas longtemps, j'ai vu un livre qui s'appelait « Les touristes, c'est toujours les autres ». J'ai trouvé ça bien vu. Pourquoi toujours aller là où les autres vont ? Je me suis déjà demandé si on peut partir en vacances sans se fondre dans la masse. Et de fait, dans un village, c'est très facile. » Pour Lukas, c'était différent. Il dit qu'il ne voulait que pouvoir se reposer. « Et puis aussi apprendre à connaître vraiment la Forêt-Noire. » Voilà Loßburg.

Hier, la famille était à la petite fromagerie de Conni. Cornelia Reich a appris l'art de la fabrication du fromage en Suisse. Elle confectionne ses fromages au lait cru à partir d'ingrédients de la région – et à la main, naturellement. Elle papote volontiers avec les autres villageois qui viennent dans sa boutique. Marie et Lukas ont bientôt l'impression d'habiter là, eux aussi. Conni et eux se parlent comme de vieux amis. Rien d'étonnant, en fait – ils vivent tous dans la même commune. Conni vit un peu plus loin, à la ferme de Schwenkenhof. Lukas goûte tous les fromages sans se lasser. « Il faut qu'on revienne ici avant de rentrer à la maison », dit-il, « pour faire des provisions de fromage. 

La famille loge dans un appartement de vacances dans le faubourg de Schömberg. Ils ont trouvé ce gîte sur le site Internet Dorfurlaub. Plus de vingt villages de la Forêt-Noire y sont indiqués, chacun aussi tranquille et agréable que Loßburg. On y trouve des exemples de belles excursions dans les environs. Vous pouvez ainsi profiter d'une véritable vie de village avec sa routine agréable. Et c'est justement parce que les visiteurs ne sont pas de grands amateurs de traitements de faveur qu'ils s'y sentent rapidement chez eux. Les habitants du village sont ravis d'accueillir les visiteurs. Leur hospitalité est une authentique tradition de la Forêt-Noire. Voilà des vacances au village. Marie en profite à fond. Et Lukas s'émerveille que les sites Internet chargent encore plus rapidement sur son ordinateur que dans leur appartement de banlieue.

Sur le site de Dorfurlaub, Lukas et Marie ont découvert un centre de randonnée avec des chèvres. Les enfants sont ravis. Ils se rendent donc ensemble au KulTierHof voisin, à Betzweiler-Wälde. La famille est inscrite. Le soleil brille. Esther Föttinger attend ses invités. On a l'impression que les chèvres savent ce qui se prépare. Les chèvres sont-elles vraiment des têtes de mule ? Esther le formule autrement. Elle dit que les animaux ont un fort caractère. Nous nous mettons en route pour une randonnée de quelque deux heures. Un troupeau de chèvres et une joyeuse troupe d'humain. Tout est pour le mieux. À quelques petites exceptions près. Les enfants s'amusent comme des fous. Esther insiste sur le fait que les chèvres ne sont pas exploitées pour leur lait ni leur viande. Elles ont la vie douce à la ferme. À la fin de la promenade, nous connaissons le nom de chaque chèvre. On se connaît de mieux en mieux. Mais les chèvres répondent-elles à leur nom ? Pas toujours. Vers la fin, Ferdinand et Rike donnent l'impression d'être pressés de retrouver l'étable et le foin. Et il faut avouer que les humains du groupe hétérogène n'ont rien contre l'idée d'un bon repas – et d'une soirée de repos. Ce qui semble tout indiqué : demain, on se lève tôt.

Demain est une journée pas comme les autres. Exceptionnellement, on a décidé de visiter un site touristique typique. Bien entendu, les enfants sont enchantés de passer la journée à Europapark. Étonnamment, Lukas aussi. Peut-être parce qu'il a commandé cinq « paniers repas de Loßburg » pour la journée...