Menu

Forêt-Noire

Mythes et vérités

Text Body

Le calme est encore de mise aux Giersteine. Avec un peu de chance, on peut admirer ces étranges rochers en toute quiétude. Plus il est tôt, meilleures sont les chances de pouvoir admirer cet endroit mythique seul. La lumière du matin donne une impression de profondeur accrue. Le panorama sur la vallée de la Murg est enchanteur. 

Même sans ces rochers majestueux, le site est incomparable. Mais la question ne se pose pas. Les Giersteine trônent dans ce paysage depuis des millions d'années. Les énormes roches semblent avoir été posées là. Étrange. Comme si elles avaient dévalé une pente. Un géant de la Foret-Noire les aurait-il oubliées là ? Scellent-elles l'entrée des enfers ? La Forêt-Noire sert-elle de décor à Game of Thrones ?

Rien de tout cela. Les arbres sont les seuls géants de la Forêt-Noire. La « vallée des enfers » (Höllental) est au sud de la Forêt-Noire. La série fantastique se déroulant dans la Forêt-Noire reste à tourner. Mais le scénario existe peut-être déjà. L'auteure Manuela Maer décrit dans son dernier roman une scène se déroulant près des Giersteine : « Tout à coup, le corps de son père se mit à flotter. Il se dirigeait doucement vers la face du rocher et ne redescendit que lorsque sa tête vint se placer au-dessus du creux dont partait de profondes rainures. Les hommes en robe sombre qui se tenaient sous le rocher avaient entamé un chant redoutable. Maledin était subjuguée. » Pas besoin d'écrire de la fantasy pour que l'imagination s'enflamme à la vue de ces roches.

À Forbach et dans les environs, on raconte depuis des siècles ce qui aurait pu se passer aux Giersteine d'une circonférence de près de 13 mètres. Les histoires macabres ont la préférence. Ce site aurait servi de lieu de sacrifices pour les prêtres païens. Sacrifiait-on uniquement des animaux, ou aussi des humains ? D'une manière ou d'une autre, le sang devait couler. Sinon, les rigoles qui traversent les rochers n'ont aucun sens. On en appelle certaines « sanguines ». Le creux en surplomb est appelé le siège du druide. Là-bas, la roche de la sorcière. Même les nazis y allaient de leur grain de sel. Les anciens sites germaniques s'inscrivaient parfaitement dans leur vision brute du monde. Mais les Giersteine ne laissent pas ce genre d'histoires gâcher leur réputation. Hors de question.

Une équipe de tournage était récemment en visite aux Giersteine. Une géomancienne donnait son avis. La géomancie est une technique de divination qui ne lit pas dans le moût de café, mais dans les formes, la terre, le sable, les pierres ou le sol. Cette géomancienne a déclaré que les Giersteine étaient un lieu d'une puissance absolument extraordinaire. « Un lieu ou les profondeurs de la terre et le ciel s'ouvrent l'un à l'autre. » Les Giersteine ne l'ont pas contredite. Peut-être constituent-elles un Stonehenge allemand. Avec des rainures évoquant les mystérieuses lignes de Nazca dans le désert péruvien.

La science nous fournit une explication d'une sobriété colossale. Elle explique simplement que les humains n'y ont joué aucun rôle – ni les géants. Ces pierres auraient été laissées par la fonte des glaciers ou seraient même d'origine volcanique. Le vent, l'eau, la glace et la chaleur leur auraient donné leur forme. Et leur nom trouve lui aussi une explication toute banale. « Gier », qui désigne en allemand l'avidité, proviendrait probablement de « Kirren », un chemin menant à l'église de Forbach. Eh oui, nous avons appris à tenir la science en haute estime ces dernières années. Mais pas quand il s'agit de donner préparer le terrain pour l'imagination.

La seule chose que les humains ont formée aux Giersteine est un escalier sordide. Il fut sculpté dans la plus grande des roches en 1905. Bien entendu, nous l'empruntons pour monter et admirer la superbe vue. Nous avons déjà oublié la triste vérité. Nous consultons des informations sur Stonehenge sur Internet. Peut-être serons-nous les premiers à découvrir des indices qui ont encore échappé à tous les autres.